Accueil Accueil Vigilance Météo Vigilance Crues

Zone réservée
Médiathèque Formation Le Secourisme Les Insectes Contacts Le Livre d'Or

Les cadres d'ordre et mémentos



Ci-dessous, les cadres d'ordre disponibles pour mener à bien nos interventions ainsi que des mémentos bien utiles pour réviser.



Sommaire :
L'ordre préparatoire
L'ordre de mouvement
L'ordre initial
Le message de renseignement
Le commandement d'exécution
L'ARI, technique et formule
Les mousses, fonctionnement et utilisation
La Marche Générale des Opérations (la MGO)
Liste des manœuvres en binome
Le feu foret, cadres d'ordre et méthodes
Les echelles, nomenclature



Haut de page


ORDRE PREPARATOIRE

En prévision du déplacement d’un groupe

P.A.T.R.A.C.D.R.

P : Personnel => Nom, Grade, Affectation, formation,...

A : Armement => Engins, Matériel (tronçonneuses, treuil,...)

T : Tenue => Adaptée à l’intervention, complète et conforme.

R : Radio => Essai des postes, répartition des postes et détermination des canaux utilisés, batteries de rechange,...

A : Alimentation => Prévoir la logistique pour le personnel et les engins pour 24 à 48 heures.

C : Commandement => Déterminer les fonctions et les chefs d’agrès. Le chef de groupe et son adjoint. (attribution dans les engins)

D : Déroulement => Objectif de la mission et durée prévisible.

R : Rendez-vous => Lieu, date, et heure de rendez-vous.



Haut de page


ORDRE de MOUVEMENT

Détermine le déplacement du groupe en direction du point de transit ou CRM

D.P.I.F.A.

D : Direction => Direction générale du mouvement.

P : Point de Destination => Point où le groupe doit se rendre.

I : Itinéraire => Etablir un itinéraire simple et précis avec le point de départ, les étapes prévues et le point de recueil.

F : Formation => Ordre des engins, la vitesse, l’intervalle entre les engins, la signalisation sur les engins, les canaux radio à utiliser et veiller, les consignes de sécurité.

A : Action en fin de mouvement => Manœuvre prévue,...



Haut de page


ORDRE INITIAL

Il est la résultante d’une reconnaissance permettant une vision globale de la situation et des actions à entreprendre afin de contenir le sinistre et revenir à une situation stable.

S . O . I . E . C .

S : Situation ? Où ? Par où ? Quoi ?

- Localisation de la zone d’intervention
- Nature de l’intervention
- Idée générale (évolution de l’intervention)
- Personnes présentes (public, SP, services, autres, …)
- Biens (Sinistrés, sinistrables, autres, …)
- Environnement (eau, sol, air, …)
- ...

O : Objectif ? Contre quoi ? « Nous devons … »

- Sauvetages
- Protections individuelles
- Eviter les propagations
- Extinctions
- Eaux d’extinction
- Fumées toxiques
- ...

I : Idée de manœuvre ? Comment ? « Afin de (objectif), je veux … »

- Tout en poursuivant les missions …
- Afin de …
- Je veux faire porter l’action…

- 1er temps
- 2ème temps
- 3ème temps
-

E : Exécution / Sectorisation ? Avec quoi ? « Missions … »

- Expliquer comment réaliser l’objectif

- matériels
- personnels
- ...

C : Commandement ? Quelles règles ?

- « Sur le canal … » « Vous me rendrez compte » « je serais … »
- Commandement
- Organisation des transmissions (O.C.T)

- Sectorisation :
* Géographique (nord, sud, est, ouest)
* Fonctionnelle
* (INC, SAP, LIF, SD, FDF, …)



Haut de page


LE MESSAGE DE RENSEIGNEMENTS

JE SUIS

Identification de l’autorité

JE ME TROUVE

Adresse exacte éventuellement rectifiée

JE VOIS

Description de la situation :

- Nature du bâtiment, du véhicule, de l’accident
- Niveau du sinistre (S/sol, étage)
- Nombre de victimes et d’impliqués
- Situation de la (des) victime(s) (incarcérée, éjectée…..)
- La surface du sinistre
- Nature du produit en cause (palette, hydrocarbure, solvant…..)

Evolution possible du sinistre :

- Propagation
- Risque de pollution

JE FAIS FAIRE

Mis en œuvre des moyens :

- Sauvetage
- Mise en sécurité (des victimes et du site)
- Gestes de secours effectués
- Etablissements réalisés et établissements en cours

JE PREVOIS

Anticiper sur l’évolution du sinistre.

JE DEMANDE

Renforts si besoin

- Nature des engins ou qualification des personnels
- Nombre
- Services spécialisés (DDE, EDF, GDF, DRIRE, SDEA …..)



Haut de page


Le chef d’agrès donne alors un commandement d’EXECUTION:

1 - CE QUE JE VEUX

une lance sur division alimentée

2 - A QUEL ENDROIT

point d’attaque 1er étage
prise d’eau au pied de l’immeuble

3 - PAR OU

accès par les communications existantes

4 - MISSION

évitez la propagation

5 - ORDRE

Etablissez!!



Haut de page


ARI

Effectuer le RAPACE

R obinet complètement ouvert (moins un quart de tour)
A justement du harnais, la ceinture abdominale moins serrée que les bretelles
P ression au manomètre >= 180 bars ou 280 bars (si pression inférieure ne pas s'engager)
A rmement du système sonore de détresse
C ode de communication (en acord avec le contrôleur et les autres binômes)
E tanchéité du masque (mettre le masque, fermer le robinet et vérifier l'étanchéité)

Utilisation de la Loi de MARIOTTE

Calcul de l ’heure de sortie

T = (P*V) / Q

T = Délai d ’intervention sous A.R.I. théorique en min
P = Pression de la bouteille avant l ’engagement
V = Capacité de la bouteille en litres (6 litres pour celles de Cavaillon et du SDIS84)
Q = Consommation d ’air en litre par minute

(Consomation moyenne : 50 l/min et consomation durant l'effort : 90 l/min)

Exemples :

1. Il reste 140 bars dans une bouteille d'ARI, quel temps d'utilisation de l'ARI reste t'il ?

On sait que : T = (P*V) / Q, avec :
P=140, V=6 et pour Q nous prenons 90l/min
Donc: T= (140*6)/90 = 9,3
Il reste donc approximativement 9min d'utilisation.

2. Vous avez besoins de 10 min minimum pour réaliser une opération sous ARI, quelle doit être la pression minimum de votre bouteille ?

On sait que : T = (P*V) / Q
donc : (P*V) = T * Q et : P = (T * Q) / V
On sait que : V=6, que T=10 et pour Q nous prenons 90l/min
Donc: P = (10 * 90) / 6 = 150
Il nous faut donc au minimum 150 bars dans la bouteille d'ARI pour pouvoir effectuer cette opération.



Haut de page


Les mousses extinctrices et leur production

Définition

Une mousse extinctrice est un agrégat de bulles plus ou moins fines constituées par du gaz emprisonné dans une mince pellicule d ’eau additionnée d ’un produit émulseur.
Pour produire de la mousse, il est simplement nécessaire de mélanger, grâce à un brassage énergique, les trois composants suivants:

1) eau sous pression
2) émulseur
3) gaz (CO2 pour les mousses chimiques et l ’air ambiant pour les mousses physiques)

Modes d ’action des mousses :

1) Isolement et étouffement
2) refroidissement
3) écran

Valeurs caractéristiques des mousses et émulseurs

Le taux de foisonnement

On appelle taux de foisonnement, le rapport du volume de mousse obtenu finalement au volume de solution moussante utilisée.

Taux de foisonnement = Volume de mousse/Volume de solution moussante

On distingue :

• le BAS foisonnement de 0 à 20
• le MOYEN foisonnement de 20 à 200
• le HAUT foisonnement >200

Le poids de ces différentes sortes de mousse varie par mètre cube de quelques kilogrammes pour le haut foisonnement à 150 kilogrammes environ pour le bas foisonnement.
Avant de rechercher à produire le plus haut foisonnement, il faut tenir compte des qualités exigées par la mousse à savoir par exemple :

- plus le foisonnement est élevé, plus les bulles sont grosses et moins elles sont solides;
- la portée des appareils à mousse est directement liée au poids de la mousse; plus la mousse sera lourde, plus la portée sera grande



Haut de page


La Marche Générale des Opérations (la MGO)

1°. La reconnaissance

C'est l'opération qui consiste à visiter tous les abords immédiats de l'incendie pour :

* Procéder aux sauvetages, s'il y a lieu,
* Se rendre compte des matières qui brûlent, et apprécier les risques de propagation de l’incendie,
* Déterminer les points d'attaque et les cheminements pour y parvenir.

En priorité, on emprunte les communications existantes quand elles sont praticables. Dans le cas contraire, on accède aux fenêtres ou aux toits par escalade, ou au moyen d'échelles.

Pour que la reconnaissance soit complète, il faut explorer complètement tous les locaux qui entourent le feu (sur ses quatre côtés, en dessous et au-dessus).

2°. Les sauvetages

Mission première des sapeurs-pompiers sur toutes les opérations d’extinction, les sauvetages ont pour objet de mettre en sécurité les personnes, voire les animaux menacés par l’incendie.
Ils sont donc effectués en urgence et avec tous les moyens disponibles :

Lot de sauvetage et de protection contre les chutes - échelles - etc...

En cas de sauvetage nécessitant des matériels spécifiques, lots de sauvetage et de protection contre les chutes, le personnel emploie les manœuvres adaptées

La première préoccupation en arrivant sur les lieux d'un incendie est de demander s'il y a des personnes en danger ; s'il y en a, assurer leur sécurité.

Si on ne peut obtenir des renseignements certains, il faut explorer tous les endroits et tous les locaux envahis par les flammes et la fumée.

Se rappeler que la mise en manœuvre d'une lance peut, dans la plupart des cas, faciliter les sauvetages.

3°. Les établissements

Un établissement est la disposition donnée aux tuyaux pour amener l'eau à la lance.

Il peut être fait avec des gros tuyaux, des petits tuyaux ou des gros tuyaux prolongés par des petits tuyaux.
Il peut être horizontal, vertical ou oblique (rampant).
L'établissement se fait en partant du point d'attaque vers le point d'eau.
Faire le contraire doit être une situation exceptionnelle (Feux de Forêts, ou mise en place du "sac d'attaque"), à éviter autant que possible dans les autres cas.

Les établissements doivent être réalisés le "plus proprement" possible.

* Les tuyaux doivent traverser les routes le moins souvent possible.
* Ils doivent être "groupés" ensemble au milieu de la voie, voire sur le coté pour ne pas géner les autres engins.

4°. L'attaque

L'attaque consiste :

* à entourer le feu au plus près, avec un nombre de lances suffisant, pour l'empêcher de s'étendre.
* à s'en rendre maître en portant son effort sur le point le plus menacé ou du côté le plus sensible.
* On est "maître du feu" quand on en a arrêté la progression.

5°. La protection

La protection consiste à limiter les dégâts occasionnés par l'eau, la chaleur ou la fumée et les dangers d'effondrement.
La protection doit être organisée le plus rapidement possible et parallèlement à l'extinction.
Pour préserver le mobilier d'une pièce menacée par des écoulements d'eau venant de l'étage supérieur, les meubles sont rassemblés au milieu du local et bâchés.
Très souvent, il faut écoper l'eau et assécher les parquets.

"Ils ont tout noyé, tout cassé, tout jeté par les fenêtres"

Hélas ces réflexions qui heureusement ne sont pas toujours justes laissent pourtant supposer que les opérations de protection n'ont pas toujours été conduites comme il aurait été souhaitable.

6°. Le déblai

Le déblai est l'opération qui consiste à déplacer les décombres pour mettre à nu les matières en combustion, les éteindre et empêcher toute reprise du feu.
Le déblai permet également de recueillir tous les objets et matières utilisables.

Les opérations de déblais, comme les attaques et les sauvetages, doivent se faire sous ARI à cause du dégagement de C0 et autres gaz nocifs.

7°. La surveillance

C'est un service composé d'au moins deux gradés ou sapeurs, disposant d'une ou plusieurs lances ou de seaux d'eau et qui est laissé sur place après le départ des secours, pour éviter toute reprise du feu.



Haut de page


Liste des manœuvres en binôme

M 1 - établissement d’une lance dévidoir tournant (LDT)

M1a - Établissement de la LDT par les communications existantes.
M1b - Établissement de la LDT par l’extérieur au moyen d’une commande.
M1c - Prolongement de la LDT.

M 2 - alimentation d’une prise d’eau.

M 3 - établissement d’une lance sur une prise d’eau.

M3a : établissement d'une lance par l'extérieur avec une commande
M3b : établissement d'une lance avec échelle à coulisse
M3c : établissement d'une lance de haut en bas

M 4 - alimentation de l’engin.

M 5 - établissement d’une lance à mousse.

M 6 - remplacement / prolongation de tuyau.

M6a : prolongement de tuyaux
M6b : remplacement de tuyaux



Haut de page


Feu de Forêt de :

Coordonnées :

JE VOIS :

Végétation : Résineux – Chênes – Garrigue
Vitesse du Vent sur Zone : < à 20 – 20 à 40 - 40 à 60 - + de 60
Direction du Vent
Accessibilité
Zones Menacées
Longueur du Front
Surface Approximative Brûlée

JE FAIS : (établir, protéger, etc.)

JE DEMANDE : (renforts, quantifier et qualifier)

Coupure de la Ligne HT :
Observations :

ANALYSE DE LA ZI

TOPOGRAPHIE : Nivellement / Planimétrie

Conditions générales de l’intervention :

Calendrier : date/heure
Vent : secteur/force
Feu : Point de départ, vitesse de propagation, superficie (parcourue, menacée)
Dimension et position de la zone : secteur étudié, communes concernées, zone sinistrée et sinistrable

Nivellement (Topographie) c’est l’étude du relief.

Pente : étude des courbes de niveau, forme et accident du terrain, altitude
Ossature : lignes de crête, thalweg

Planimétrie, c’est l’étude des ressources naturelles et artificielles présentes sur le terrain

Voies de communication :

Accès : Permettent de se rendre sur la zone d’intervention
Rocade : Permettent de contourner la zone d’intervention
Pénétrantes : Permettent de circuler à l’intérieur de la zone d’intervention
Divers : Voies ferrées, carrefours, zones dégagées, …

Les points d’eau :

Cours d’eau : situation dans la zone, possibilité de franchissement.
Poteaux incendies : Quantité, répartition
Citernes DFCI : Capacité, répartition
Zones d’écopage, remplissage : distance par rapport à la zone.
Points d’eau naturels.

Les points sensibles.

Les lignes Haute tension / les relais : situation, orientation
Activités humaines : camping, parcs de loisirs, parcours de randonnée.
Construction : maisons isolées, lotissements, hôpitaux, attention au type d’habitations !

Le couvert végétal :

Type de végétation : broussailles, conifères, feuillus.
Densité : Forêt, bois, différentes strates.
Organisation : coupure, cultures, pare-feu, …

Population :

Sinistrée, sinistrable : dans la zone, nature (enfants, impotents, …)
Comportement : habitants de la région, touristes,…
VIP : autorités, médias, autres, …

CONCLUSION :

Identifier les aspects positifs et négatifs de la ZI

1. condition météo
2. Heure d’engagement
3. accessibilité
4. Ressources en eau
5. Dénivelé
6. Présence de points sensibles
7. Développement du feu
8. Possibilité d’utiliser les moyens aériens

Actions immédiates :

Arrivée sur les lieux (coordonnées du feu)
Mise en sécurité / sauvetage / évacuation
Coupure des fluides
Informations / recherches / renseignements
Message flash / confirmation des renforts ("j’aperçois un panache important à la sortie de Cavaillon en direction du lieu du sinistre…")
Reconnaissance

Raisonnement tactique : Où ? Contexte ? Tiers ? Hydrants ? Fluides ? Risques particuliers ? Témoins ? Météo ? Relief ? Couvert végétal ? PC ? Point de transit ? Habitat ? Divers ?

Par Où ? Accès, Sens, Rocades, Pénétrantes.
Contre Quoi ? Priorités, Victimes, Propagation, Sinistrés, Sinistrables, Risques, Direction, Front de Feu, Superficie, Vitesse de propagation.
Comment ? Arrêter son idée de manœuvre.
Quand ? Délai.
Rédiger votre premier message de compte rendu au CODIS.
JE SUIS CCFM Cavaillon Sur commune de Cheval-Blanc, je me trouve en KD46 D3.4 au lieu dit « Les Bastides » pour départ Feu de Forêt.
JE VOIS Je suis en présence de / Longueur du front / virulence / vent sur zone / végétation menacée / accéssibilité / relief / Points sensibles (Délai XX min)
Son axe de propagation plein nord.
Une habitation menacée sur le flanc droit, secteur touristique très fréquenté.
Le flanc gauche et le front de feu sont inaccéssibles et en progression libre.
JE FAIS Attaquer / Proteger / Alimenter / Tous les moyens sont engagés.
JE DEMANDE Renforts terestres et aériens / Officier de garde / Gendarmerie pour évacuer les touristes présents /…
Je demande une fréquence Air-Sol
Je prend l’appelation COS Cheval-Blanc



Haut de page


ECHELLES

Les Echelles à Crochets petit modèle Bois Aluminium 3 plans
Longueur reployée 3 m 4,50 m 4,50 m 5,50 à 6 m
Longueur déployée 5,25 m 8,20 m 8,20 m 15 m
Largeur 0,45 m 0,45 m 0,45 m 0,45 m
Poids 14 kg 37,5 kg 21 kg 70 à 75 kg
Nombre d'échelons 10 par plan 15 par plan 15 par plan 15 par plan
Largeur minimum entre montants 0,17 (0,26 entre pointes) 0,30 m 0,30 m 0,30 m 0,30 m
Longueur minimum Hors-tout (déployée) 4,20 m 5,25 m 8,10 m 8,10 m 14,50 m
Longueur maximum Repliée S.O. 3,60 m 5,00 m 5,00 m 6,10 m
Masse maximum 15 kg 25 kg 45 kg 45 kg 100 kg
Capacité minimum 2 2 2 2



Haut de page


Crédits © Tous droits réservés .WM. "Sapeurs-Pompiers de Cavaillon, Vaucluse, France" 2005-2016